LUMI»RES DE MTS ALLSTREAM

James C. (Jim) McDaniel a œuvré au sein de l’entreprise pendant plus de 60 ans. Commençant sa carrière au sein de ce qui était alors connu comme la Compagnie des télégraphes nationaux du Canada (CNT), il a poursuivi avec les Télécommunications CNCP, la société formée par la fusion de la CNT et de la filiale des télécommunications du Canadien Pacifique (CPT). Il a fini sa carrière auprès de la société Unitel Communications, nom sous lequel l’entreprise fut connue une fois que le CN se fut départi de ses titres de propriété. Il a régulièrement participé aux divers événements de la société, notamment au tournoi de golf annuel des employés pendant les années où la compagnie portait le nom AT&T Canada.

Né en 1918, Jim a commencé sa carrière en 1934, en tant que messager des services télégraphiques avec la société du temps : la Compagnie des télégraphes nationaux du Canada (CNT). Au fil des promotions, Jim s’est hissé en tête des Ventes. Sa carrière et son expérience ont été au cœur de la révolution technologique du siècle dernier, du code Morse à la fibre optique, en passant par le début d’Internet. Au cours des années 1970 et 1980, Jim a été un précurseur dans son rôle de chef des relations avec la clientèle, dans le cadre des publicités télévisées – de ce qui a ensuite été connu comme les Télécommunications CNCP – en devenant M. CNCP. Plus tard, dans les années 1990, après une brève retraite, Jim a accepté de devenir membre de l’équipe de la haute direction chez Unitel Communications, où il a su faire jouer son pouvoir de persuasion et combiner la présence nationale aux efforts déployés pour faire naître la concurrence dans le marché de l’interurbain au Canada.

Le premier travail de Jim fut de livrer des télégrammes à bicyclette dans le centre-ville de Toronto à la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada. À la fin des années 1930, il devenait télégraphiste. Il s’est enrôlé pendant la guerre dans l’Aviation royale du Canada. Après la guerre, il a poursuivi ses études, ce qui lui a permis d’obtenir le poste de directeur général, Ventes des Télécommunications CNCP. L’une de ses premières tâches aura été d’aider à vendre, puis à superviser l’installation du premier système de messagerie informatisé d’Air Canada. Est venu ensuite le passage de la vente directe à la vente télévisuelle. « Je ne connaissais rien à la publicité, dit Jim modestement, mais on m’a mis au poste de commande. » Une fois, après avoir démontré la façon dont les acteurs embauchés par l’entreprise devaient communiquer un message en particulier, le réalisateur proposa à Jim de passer lui-même devant la caméra. La suite est maintenant de l’histoire ancienne. Au cours des quinze années qui ont suivi, Jim est devenu une tête d’affiche de la télévision nationale, utilisant son visage familier pour améliorer à la fois l’image de la société et les ventes de celle-ci. Hors caméra, Jim a voyagé partout au Canada afin de prononcer des discours au nom de l’entreprise, vantant les mérites de la concurrence dans le domaine des télécoms. Jim a été l’un des visages les plus connus de la télévision canadienne au cours des années 1970 et 1980. Son visage était rude, ressemblant davantage à un acteur jouant des rôles de composition qu’à celui tenant les rôles principaux, et ses cheveux coupés en brosse étaient sa marque de commerce. Il parlait directement à la caméra et lançait : « Ici Jim McDaniel pour le service Télex », puis il débitait son baratin sur les produits des Télécommunications CNCP. Ceux parmi nous qui se souviennent de ces messages publicitaires seront d’accord pour dire qu’il était un porte-parole très efficace pour l’entreprise.

La retraite était la prochaine activité à l’agenda de Jim, mais pas pour longtemps. Avec un personnel de six volontaires, il est devenu ombudsman à l’Association canadienne de l’informatique. L’ombudsman était un genre de dernier recours pour ceux qui se sentaient menacés ou dépassés par ce qui était mal compris à l’époque : l’ordinateur. Par la suite, il est revenu à titre de conseiller dans la vente de lignes de télécopie spécialisées; il est ensuite passé aux lignes de données à haute vitesse et a fait la promotion de l’utilisation de l’ordinateur personnel.

Plusieurs des années vécues après sa retraite ont été passées à combattre le monopole de Bell Canada. Il a fait des discours, du lobbying à Ottawa et s’est servi de son image médiatique pour promouvoir la concurrence. Jim a été le principal porte-parole des Télécommunications CNCP afin d’obtenir une licence de téléphonie cellulaire en 1985, en parcourant le Canada. Il a encore connu de grands succès quand on l’a invité à aider Unitel à gagner sa bataille de la concurrence dans le marché de l’interurbain.

On se souviendra de Jim McDaniel comme d’un digne gentleman, toujours tiré à quatre épingles.

Fermer la fenÍtre